Premiers secours en cas d’arrêt cardiaque

Quand le cœur s’arrête, chaque seconde compte. Le massage cardiaque doit être pratiqué immédiatement et, si possible, avec un défibrillateur. Avec ces instructions, vous pourrez faire face en cas d’urgence.

04.09.2020

Daniela Schori

Chaque année, environ 8000 personnes subissent un arrêt cardiovasculaire. Seuls environ 5 % survivent à un tel incident hors d’un hôpital. Vous pouvez augmenter les chances de sauvetage en alertant immédiatement le service de secours et en réanimant la personne inconsciente. La mesure de premiers secours la plus importante est le massage cardiaque.

Signes d’arrêt cardiaque

  • La personne tombe ou s’affaisse sur la chaise
  • Pas de réaction à des sollicitations fortes et à des secousses
  • Pas de respiration ou halètement

Un arrêt cardiovasculaire peut survenir sans signes préalables. Cependant, il est souvent précédé d’un infarctus du myocarde ou d’une arythmie cardiaque. Connaissez-vous les symptômes d’un infarctus du myocarde ? Lisez l’article de notre blog à ce sujet.

Article de blog «Infarctus du myocarde - survenance, symptômes et premiers soins»

Helsana contribue aux cours de premiers secours

En tant que partenaire de la Croix-Rouge suisse, Helsana s’engage pour que le plus grand nombre de personnes possible soit formé aux premiers secours. Pour les clientes et clients de l’assurance complémentaire ambulatoire Completa, Helsana participe désormais à hauteur de 75 % ou de 200 francs maximum aux divers cours de l’Alliance suisse des samaritains, une organisation de sauvetage de la CRS.

Premiers secours en cas d’arrêt cardiaque

La personne ne répond pas, ne respire pas ou respire anormalement - cela indique que le cœur ou la circulation s’est arrêté. Ne perdez pas de temps ! Appelez immédiatement à l’aide pour que l’on puisse vous aider.

  1. Alerter le 144
    Où êtes-vous ?
    Que s’est-il passé ?
    Combien y a-t-il de blessés ?
    Quels sont les blessures ?
    Quel est votre nom ?
  2. Si possible : demandez à quelqu’un de chercher le défibrillateur
    Si vous n’êtes pas seul-e sur place : insistez pour que quelqu’un aille chercher un défibrillateur. Dès que le défibrillateur est là : allumez l’appareil et suivez les instructions. 
  3. Mettez-vous en position pour le massage cardiaque 
    - Agenouillez-vous à côté du patient
    - Placez la paume d’une de vos mains au milieu de la poitrine (sternum) et la paume de l’autre main sur votre première main.
    - Bras tendus, épaules à la verticale de la zone de compression (avec cette position des mains et du corps, vous obtenez la meilleure transmission de puissance possible lors du pressage)
  4. Comprimez la cage thoracique
    - Exercez des pressions fortes au milieu du sternum, puis laissez la poitrine reprendre sa position initiale
    - 100 à 120 fois par minute (= 2 fois par seconde)
    - Profondeur de compression 5 à 6 cm
    - Jusqu’à ce que le service de secours prenne le relais ou, dans le meilleur des cas, si la victime recommence à respirer

 

Conseils pour le massage cardiaque

  • Votre propre sécurité est la priorité absolue. Ne vous mettez pas en danger, car au final, il y aurait deux patients au lieu d’un. Mieux vaut une côte brisée qu’un décès : n’ayez pas peur de blesser la personne. Il arrive qu’une ou plusieurs côtes se cassent, même le sternum. Mais ces blessures ne mettent pas la vie en péril. Aussi, la seule erreur, c’est de ne rien faire.
  • Demandez de l’aide. Relayez-vous. Des tests ont montré que l’on ne peut plus exercer une pression suffisante au bout de deux minutes. 
  • Exercez des pressions rapides : pour le massage cardiaque, la vitesse est le facteur le plus important, en plus de la technique. Astuce : pensez à la chanson « Stayin’ Alive » des Bee Gees et pressez au rythme de ce morceau. 

Respiration artificielle : à ne pratiquer que si vous avez de l’expérience

Il est préférable que les non-initiés renoncent à la respiration artificielle. Ils perdraient beaucoup de temps, pratiquement en vain. Il est préférable de se concentrer entièrement sur le massage cardiaque. Grâce au massage cardiaque, l’oxygène restant peut circuler dans le sang et continuer à alimenter le cerveau en oxygène pendant un certain temps. 

Des secouristes expérimentés pratiquent le massage cardiaque en alternance avec la ventilation bouche-à-bouche (ou par le nez). La règle 30:2 s’applique à la réanimation cardio-pulmonaire, c’est-à-dire 30 pressions puis 2 respirations.

Réanimation avec défibrillateur (AED)

S’il y a plusieurs premiers intervenants sur place, une personne va chercher le défibrillateur après l’appel d’urgence, tandis que les autres effectuent le massage cardiaque. 

  1. Suivez les instructions du défibrillateur. Dégagez le thorax. 
  2. Placez les électrodes : une sur le côté droit de la poitrine en dessous de la clavicule, l’autre sur le côté inférieur gauche, sous les côtes.
  3. Le défibrillateur donne des instructions sonores claires pour effectuer les étapes suivantes.

AED est l’abréviation de Automated External Defibrillator (défibrillateur externe automatisé). Il s’agit d’un dispositif médical de réanimation d’une personne en arrêt cardio-vasculaire (arythmie, arrêt cardiaque). Le dispositif est absolument sûr : le défibrillateur analyse si une décharge électrique est nécessaire. Même les enfants à partir de 8 ans ou de 25 kg de poids corporel peuvent être réanimés avec cet appareil. Certains appareils sont dotés d’électrodes spéciales pour les jeunes enfants. Suivez les instructions sur l’AED.

Massage cardiaque sur les enfants en bas âge 

Sur un enfant en bas âge, le massage cardiaque se fait avec la paume d’une seule main. Sur un nourrisson, il se fait avec deux doigts. La profondeur de compression est d’un tiers de l’épaisseur du thorax.

André Roggli André Roggli

André Roggli

André Roggli est responsable ad interim du service « Formation et volontaires » de l’Alliance suisse des samaritains, une organisation de sauvetage de la Croix-Rouge suisse. En tant qu’expert de la formation en premiers secours, il donne des cours de différents niveaux au grand public. Il fournit régulièrement des services médico-sanitaires dans des organisations ou lors d’événements. André Roggli a conseillé l’équipe de rédaction pour la publication de cet article.