Vue d’ensemble

Céphalée ou migraine ?

Avez-vous souvent des maux de tête ? S’agit-il d’une migraine ? Apprenez à différencier migraine aiguë, céphalée de tension ou algie vasculaire de la face (céphalée en grappe) pour mieux vous soigner.

Aïe ! Ça cogne dans ma tête ! Les céphalées sont une maladie endémique et l’un des maux les plus fréquents en Suisse avec les dorsalgies : près d’un tiers des femmes et un quart des hommes dans notre pays souffrent au moins une fois par mois de céphalées pulsatives ou lancinantes avec battements. Il existe près de 200 sortes différentes de céphalées, qui surviennent à des degrés différents et qui sont souvent accompagnées de symptômes secondaires. Les formes les plus fréquentes sont :

  • Céphalée de tension
  • Migraine avec aura (= phase préliminaire, par ex. troubles de la vue)
  • Migraine sans aura
  • Algie vasculaire de la face (ou céphalée en grappe)
Différence entre migraine et céphalée : les symptômes typiques

S’agit-il de céphalées pulsatives, lancinantes avec battements ou perçantes ? Les céphalées pouvant être très différentes, des mesures variées peuvent aider les personnes qui en sont victimes. Notre liste de contrôle permet de déterminer si vous souffrez de l’une des formes primaires typiques de céphalées. Faites le test :

Céphalée de tension Migraine Algie vasculaire de la face
Où la douleur se manifeste-t-elle dans la tête ? Des deux côtés ou dans toute la tête D’un côté seulement de la tête D’un côté, vers les yeux ou la tempe
Comment la douleur est-elle perceptible ?

Sensation de compression ou de tenaille, douleur lancinante

Céphalée pulsative Perçante, aiguë
Quelle est l’intensité des douleurs ? Légère à moyenne Très forte Crises très violentes
Durée des douleurs sans traitement ? De 30 minutes à 7 jours De 4 à 72 heures De 15 à 180 minutes
Quelle est la fréquence des crises ? Céphalées sporadiques ou chroniques 1 à 3 fois par mois Attaques immédiates, à des intervalles pouvant atteindre huit fois par jour
Y a-t-il des symptômes secondaires ?

Non

Oui, par exemple : nausées et vomissements, photosensibilité et sensibilité aux bruits; une crise de migraine est souvent précédée d’une phase dite « aura » avec des troubles de la vue, de l’élocution ou des sensations de paralysie Larmes, nez qui coule, sudation frontale ou faciale
Une activité physique accentue-t-elle les douleurs ? Non, elle peut même contribuer à les diminuer Oui, les personnes concernées cherchent plutôt le calme et la pénombre Besoin de mouvement accru pendant la crise

Céphalée de tension, migraine et algie vasculaire de la face représentent près de 90% des céphalées. Il s’agit des céphalées dites primaires, ce qui signifie qu’elles sont considérées comme une maladie à part entière. Les experts parlent de céphalées secondaires lorsque les maux de tête sont un épiphénomène d’une autre maladie. Les céphalées secondaires peuvent par exemple être causées par l’hypertension, la grippe, les médicaments et la consommation d’alcool, de nicotine et de caféine.

Types variés : migraine avec aura

La migraine est un trouble neurologique qui fait partie des maladies les plus fréquentes du système nerveux. En Suisse, près de 10% de la population est victime de crises de migraine récurrentes. Les femmes en sont trois fois plus souvent victimes que les hommes. Les médecins considèrent que les hormones féminines influencent l’apparition des douleurs. Certains patients ressentent une phase dite « aura » avant la prochaine crise de migraine. Une aura migraineuse est synonyme de troubles sensoriels, particulièrement au niveau de la la vue et de l’ouïe. Symptômes typiques avant l’apparition de fortes douleurs en cas de migraine avec aura : troubles de la vue (flash, scintillement, champ de vision restreint, image double), troubles de l’élocution, pertes d’équilibre et sensations de paralysie.

Quelle est la différence avec une migraine chronique ?

Les personnes qui vivent pendant plusieurs jours avec des céphalées souffrent peut-être de migraine chronique. Entre trois et cinq pour cent de la population mondiale en est atteinte. Les symptômes typiques sont un mal de tête lancinant et persistant, qui est de temps à autre remplacé par des céphalées pulsatives. Une migraine chronique se développe le plus souvent à partir d’une migraine sans aura épisodique. La Société internationale pour l’étude des céphalées désigne comme céphalées chroniques des douleurs qui durent plus de 15 jours par mois et pendant au moins 4 heures par jour.

Causes de la migraine

Les causes de la migraine ne sont pas encore définitivement élucidées. Plusieurs personnes d’une même famille étant souvent touchées, les experts estiment que des facteurs génétiques pourraient jouer un rôle. Si vous êtes souvent victime de céphalées : cherchez les éléments qui les déclenchent. Tenir un journal de vos maux de tête peut vous aider à y voir plus clair. Les crises de migraine peuvent souvent être réduites par un changement de comportement. Apprenez-en davantage à sujet en lisant notre article de blog "Conseils pour lutter contre la migraine". Le stress, le manque de sommeil, un rythme inhabituel sommeil-éveil et un taux de glycémie variant fortement par exemple peuvent déclencher une crise. En cas de céphalées de tension, les éléments déclencheurs peuvent être des postures défavorables ou une tension dans la musculature masticatoire.

Mots-clés

Lutter contre la migraine

Conseils pratiques et méthodes de la médecine complémentaire pour lutter contre la prochaine crise de migraine.

Exercices et méthodes de relaxation

Impératif de performance, stress permanent et contraintes nous empoisonnent. Méthodes pour mieux se détendre et être plus fort mentalement.

Respiration

9 Article