Ce qu’il faut savoir sur le mal des transports

Le mal des transports – également appelé cinétose – n’est pas une maladie au sens propre. C’est une réaction naturelle à des influences inhabituelles. Voici les informations et conseils les plus importants.

19.08.2021 Lara Brunner 4 minutes

Pourquoi se sent-on mal dans les transports ?

Les déclencheurs du mal des transports sont les accélérations et mouvements inhabituels. Ils perturbent le sens de l’équilibre. Des facteurs psychiques peuvent encore renforcer une cinétose. Une personne qui est déjà anxieuse et donc stressée avant d’entreprendre un voyage aggrave la situation.

Les symptômes apparaissent souvent lors de trajets comportant de nombreux virages, lors d’un vol turbulent ou sur une mer agitée. À quoi sont-ils dus ? En circulant en voiture, par exemple, le corps est assis et immobile, les nerfs et les récepteurs ne reçoivent aucune information sur des mouvements musculaires. Cependant, les yeux perçoivent des mouvements rapides. L’organe de l’équilibre dans l’oreille interne rassemble également des informations – concernant les virages, les accélérations et les montées. Les yeux, le système d’équilibre et le corps envoient donc des messages discordants au cerveau. Ce dernier ne parvient pas à mettre en relation les différentes impressions du mouvement et de l’accélération. Le cerveau est surchargé et le système nerveux trop stimulé. Cela entraîne des symptômes tels que le vertige ou la nausée.

Faut-il faire examiner médicalement le mal des transports ?

Les symptômes d’une cinétose sont généralement clairs : ils surviennent toujours dans les mêmes situations – par exemple en voiture ou en bateau. Pour cette raison, dans le cas de symptômes légers à modérés, les personnes concernées ne consultent généralement pas un spécialiste médical. Cependant, si les symptômes sont graves, il est utile de consulter : le ou la médecin vérifie s’il s’agit effectivement de mal des transports ou si une infection ou une intoxication est à l’origine des troubles constatés.

Quels sont les symptômes du mal des transports ?

Mal des transports léger

  • Maux de tête
  • Fatigue
  • Bâillements fréquents
  • Sudation
  • Salivation accrue

Mal des transports modéré

  • Nausées
  • Vomissements
  • Vertiges
  • Pâleur
  • Chute de la tension artérielle
  • Palpitations
  • Hyperventilation (respiration accélérée ou plus profonde)

Mal des transports sévère

  • Vomissements
  • Sensation subjective d’être très malade
  • Apathie (manque d’intérêt, indifférence)

Comment prévenir le mal des transports ?

Ces simples mesures vous permettront d’éviter ou de réduire les symptômes pénibles du mal des transports :

Pendant un trajet en voiture, évitez de lire et ménagez-vous régulièrement des pauses d’exercice physique. Le mieux est que vous conduisiez vous-même. Si vous êtes passager ou passagère, regardez un point fixe au niveau de l’horizon.

Si vous êtes dans un bus, asseyez-vous si possible au milieu ou à l’avant. À ces endroits, le bus oscille moins. Dans un train, il est bon de vous placer dans le sens de marche, de vous lever régulièrement et de faire quelques pas. Dans le train comme dans le bus, dirigez votre regard vers un point fixe à l’horizon.

En avion, un siège côté couloir et à proximité de la surface portante est optimal. En bateau, le mieux est de choisir une cabine ou un siège dans la partie centrale du bateau, soit juste au-dessus de la surface de l’eau, soit sur le pont. Veillez à bouger avec le bateau et non contre lui.

Avant et pendant un voyage, privilégiez des repas légers et pauvres en matières grasses. Renoncez à l’alcool et à la cigarette. Concentrez-vous sur autre chose. Par exemple, écoutez de la musique ou un livre audio. Et mâchez un chewing-gum. Cela aide à éviter une réaction excessive de l’estomac.

Qu’est-ce qui aide à lutter contre les symptômes ?

Les médicaments

Il existe des comprimés, des suppositoires et des chewing-gums qui aident contre le mal des transports. Vous pouvez généralement les obtenir sans ordonnance. Prenez les médicaments dès les premiers signes. Si vous savez déjà que vous allez avoir le mal des transports, vous pouvez également, selon les préparations, les prendre une demi-heure à une heure avant le début du voyage. Consultez un professionnel médical pour savoir quels médicaments sont les plus adaptés à votre cas.

Le gingembre

Un autre moyen pour atténuer les symptômes est le gingembre. Il apaise la nausée et atténue le vertige. Mâchez-en des tranches fraîches ou ayez recours à de la poudre ou des comprimés.

Bracelets d’acupressure

Les bracelets d’acupressure sont pourvus de petites boules sur leur face interne. Ces dernières exercent une pression sur le point dit Nei Kuan au niveau du poignet, ce qui peut atténuer la nausée.

L’homéopathie

Il existe différents médicaments homéopathiques contre les douleurs liées au mal des transports. Des remèdes homéopathiques adaptés vous sont recommandés selon les symptômes. Pour obtenir un conseil, consultez un professionnel médical.

D’autres questions ?

Avez-vous d’autres questions sur le mal des transports ? Ou êtes-vous préoccupés par d’autres thématiques en lien avec votre santé ? Chez nous, vous recevez des réponses fondées et sur mesure. Nos conseillères et conseillers en santé vous fournissent des informations utiles et des recommandations concrètes. Notre service gratuit de conseils de santé est joignable du lundi au samedi, de 6h30 à 21h30.

058 340 15 69*

* Cette offre est disponible gratuitement pour toutes les personnes disposant d’une assurance complémentaire. En appelant ce service, vous acceptez les conditions d’utilisation et les dispositions relatives à la protection des données.

Informations complémentaires sur les conseils de santé

Continuer à lire

Conseils pour votre pharmacie de voyage
Ces médicaments des médecines complémentaire et traditionnelle soulagent les maux les plus courants pendant les vacances.
21 juin 2017

Vaccinations avant un voyage à l’étranger
Le risque de tomber malade est plus élevé dans certains pays. Mieux vaut clarifier à temps si un vaccin est indiqué, voire obligatoire.
13 février 2017 2 minutes