Vue d’ensemble

Jeûne intermittent : méthodes et intérêt

Dans le jeûne intermittent, le rythme habituel des repas est interrompu par de longues périodes sans prise de nourriture. Nous présentons les différentes méthodes et leur intérêt.

Quand on jeûne, on renonce pendant un certain temps, en partie ou totalement, aux aliments et aux boissons sucrées ou alcoolisées. Mais il existe différentes formes de jeûne.

Ces dernières années, l’opinion publique s’est concentrée sur le jeûne intermittent, aussi appelé jeûne par intervalles. La prise régulière d’aliments est entrecoupée de phases de jeûne récurrentes. L’objectif du jeûne intermittent est de réguler le poids à long terme.

Les différentes méthodes de jeûne intermittent

On peut pratiquer le jeûne intermittent de différentes façons. L’une des formes connues est le régime 5:2. Pendant cinq jours, on mange comme d’habitude. Les deux autres jours de la semaine, on réduit la prise d’aliments à environ un quart des apports caloriques ordinaires. Pour la plupart des personnes, cela correspond à un apport énergétique d’environ 500 kcal. Une autre variante du jeûne intermittent est la méthode 16:8. La période de la journée pendant laquelle on mange est limitée à 8 heures. Les 16 heures qui suivent, on renonce à toute alimentation solide ainsi qu’aux boissons caloriques. Pendant le week-end, soit on mange comme d’habitude, soit on conserve ce rythme 16:8.

On peut aussi considérer la suppression du dîner comme une variante du jeûne intermittent. Certains jours, le repas du soir est éliminé. De ce fait, on ne mange pas pendant environ 14 heures.

Quels sont les arguments en faveur du jeûne intermittent ?

A notre époque, il est quasiment possible de manger à toute heure du jour et de la nuit, très rapidement et à moindres frais. La tentation est partout. Cependant, si notre corps est alimenté en permanence, il n’a plus aucune raison de puiser dans ses réserves. Les calories superflues sont alors transformées en graisses de dépôt dans l’organisme. Et le poids corporel augmente. Dans le jeûne intermittent, l’organisme est obligé de solliciter ses réserves pendant une certaine période. C’est l’avantage de ce type de jeûne. Car une chose est certaine, notre corps n’a pas besoin d’être en permanence alimenté. Trois repas principaux sont en général suffisants, avec si besoin deux en-cas.

Quels sont les inconvénients du jeûne intermittent ?

Il n’existe actuellement aucune étude portant sur le long terme qui permette d’exclure d’éventuels effets négatifs sur la santé. On ne sait pas très bien si, à long terme, les besoins nutritionnels de l’organisme sont couverts malgré les phases de jeûne. On ne peut encore évaluer de façon définitive si cette méthode de régulation du poids est meilleure que les autres. L’influence du jeûne intermittent sur le développement de troubles alimentaires n’a pas encore été non plus déterminée.

Auteure : Stéphanie Bieler, BSc, Société Suisse de Nutrition SSN

Publication : 7 juin 2019

Stéphanie Bieler, diététicienne

Ernährungsberaterin Stéphanie Bieler Stéphanie Bieler (BSc de diététicienne BFH) travaille à la Société Suisse de Nutrition SSN à Berne. Elle est notamment responsable des questions liées à l’ajustement de l’équilibre alimentaire en fonction des âges et des groupes cibles. Stéphanie Bieler rédige pour Helsana les articles traitant de l’alimentation.

www.sge-ssn.ch/fr

Mots-clés

Low carb : une alimentation pauvre en glucides

Le régime low carb, pauvre en glucides, est à la mode. Internet regorge d’exemples de succès et de recettes. Mais est-ce bon pour la santé ?

Sujets avec cet article

Alimentation

12 Article