Une étude d'Helsana le prouve: la polymédication pose problème en Suisse

Selon une récente étude d'Helsana, plus d'une personne de plus de 65 ans sur cinq risque d'être affectée par des effets secondaires nocifs en raison de la polymédication. En collaboration avec des partenaires, Helsana étudie des solutions concrètes pour ses assurés.

05.09.2013

Selon une récente étude d'Helsana, plus d'une personne de plus de 65 ans sur cinq risque d'être affectée par des effets secondaires nocifs en raison de la polymédication. En collaboration avec des partenaires, Helsana étudie des solutions concrètes pour ses assurés.

La prise de cinq médicaments ou plus (polymédication) accroît le risque d'effets secondaires, parce que l'une des préparations administrées peut avoir des conséquences négatives sur une maladie existante ou causer des dégâts en combinaison avec un autre médicament. Une étude d'Helsana, du prestataire de télémédecine Medgate et de l'Universitätsklinikum Hamburg-Eppendorf publiée en avril 2013 dans la revue spécialisée Drugs & Aging dévoile à présent la situation en Suisse.

La polymédication est très répandue en Suisse, notamment chez les retraités 

L'étude a analysé des données représentatives de clients d'Helsana au titre de l’assurance de base entre 2008 et 2010. L'analyse montre que plus d'une personne de plus de 65 ans sur cinq risque d'être affectée par des effets secondaires nocifs en raison de la polymédication. De nombreuses interventions au niveau individuel et au niveau de la population sont requises pour améliorer la situation.

Des mesures ciblées pour une plus grande sécurité des traitements médicamenteux peuvent être prises sur la base des résultats de cette étude. Helsana a engagé une collaboration avec les partenaires correspondants afin d'élaborer des solutions concrètes pour ses clients.

Vous avez des questions ?

Nous nous ferons un plaisir de vous aider.