Étude Helsana sur les soins pour les personnes en fin de vie

Les personnes en fin de vie ont besoin de soins optimaux. Selon une récente étude Helsana, l'endroit où une personne décède dépend du lieu de résidence, de l'âge et du sexe. On identifie ainsi les régions dans lesquelles les soins à domicile et en institution devraient être développés.

29.05.2013

En collaboration avec les universités de Zurich et de Berne, des chercheurs du domaine de la santé d'Helsana ont étudié, à l'aide de données datant des années 2007 à 2011, la problématique des soins en fin de vie des personnes domiciliées en Suisse. Ils ont découvert que le lieu du décès dépendait de l'âge, du sexe et de la région de résidence, ainsi que du nombre de maladies chroniques. L'étude montre que 38,4 pour cent des personnes sont décédées à l'hôpital, 35 pour cent en EMS et 26,6 pour cent à domicile. En comparaison avec les autres régions de Suisse, c'est au Tessin, à l'ouest et à l'est du pays que les habitants meurent beaucoup moins fréquemment à leur domicile, donc plus souvent à l'hôpital.

Avec l'augmentation de l'espérance de vie, l'importance des soins palliatifs destinés aux personnes atteintes d'une maladie incurable ne cesse de croître. Par conséquent, les possibilités de soins à domicile et dans les EMS et cliniques doivent être développées. Les résultats de l'étude permettront de définir les axes d'effort et les ressources devant être allouées pour que les personnes en fin de vie puissent bénéficier de soins optimaux.

Vous avez des questions ?

Nous nous ferons un plaisir de vous aider.