Vue d’ensemble

Ronflement – que faire ?

Ronflez-vous la nuit et ressentez-vous de la fatigue au réveil ? Ou est-ce que votre voisin de lit ronfle toutes les nuits ? Même si le ronflement est généralement sans danger : déterminez-en les causes. Voici comment procéder et des conseils pour les personnes concernées.

Ronfler est un mal pénible. Selon l’intensité du ronflement, la récupération nécessaire de l’organisme en souffre et parfois elle masque une maladie sérieuse. Manquez-vous d’entrain le matin, somnolez-vous et éprouvez-vous des limitations durant la journée ? Vous arrive-t-il d’arrêter de respirer durant le sommeil ? Dans ce cas, faites analyser votre ronflement pour exclure des maladies telles que l’apnée du sommeil et éviter tout préjudice physique. Lorsqu’il s’agit d’enfants : la clarification est impérative.

Causes du ronflement

Les muscles se détendent pendant le sommeil. Egalement ceux des voies respiratoires supérieures. Tout se ramollit et se relâche : le palais, la luette et la langue. Les voies respiratoires sont alors plus étroites. Si le souffle passe par un tel goulet d’étranglement, les tissus environnants vibrent et les bruits typiques se forment.

Le ronflement peut avoir des causes diverses. Certaines peuvent généralement être empêchées par un style de vie sain. Les causes les plus fréquentes sont :

  • Respiration par la bouche ouverte au lieu du nez ; la respiration nasale peut être entravée par des allergies, des polypes nasaux ou un resserrement nasal congénital.
  • Cause anatomique : des grosses amygdales, une grosse luette, une grande langue ou des malpositions maxillaires rétrécissent le flux d’air. Les grosses amygdales sont la cause de ronflement la plus fréquente chez les enfants.
  • Surpoids – restreint les voies respiratoires
  • Dormir sur le dos fait glisser la langue vers l’arrière
  • Médicaments, nicotine et alcool

Dix conseils pour les ronfleurs – voici comme parer le risque

Il n’existe pas de remède anti-ronflement universel. Une clarification individuelle est requise pour un traitement ciblé. Quelques mesures simples permettent toutefois d’abaisser le risque de ronflement :

  1. Respirez-vous librement ? Dormez dans une position qui n’obstrue pas les voies respiratoires. De préférence sur le côté. Sur le dos, la langue glisse vers l’arrière et entrave le flux d’air.
  2. Votre position est-elle confortable ? Demandez conseil dans un magasin pour acquérir un matelas offrant un soutien de qualité avec un sommier et un oreiller adapté.
  3. Nez bouché ? Celui qui respire par la bouche a davantage tendance à ronfler. Des gouttes pour le nez ou un spray peuvent apporter une aide rapide en cas de rhume. Consultez un médecin si vous souffrez d’une obstruction chronique du nez.
  4. Buvez-vous régulièrement de l’alcool ? L’alcool détend les tissus à l’intérieur du palais. Ils vibrent plus facilement et de façon audible. Renoncez-y surtout le soir.
  5. Fumez-vous ? Le tabac provoque souvent des ronflements nocturnes.
  6. Que mangez-vous le soir ? Misez sur des aliments digestes. Votre sommeil sera plus serein et plus reposant.
  7. Prenez-vous soin de votre forme physique ? Un corps bien entraîné et une activité physique à l’air libre améliorent le sommeil. Mais : ne vous entraînez-pas directement avant d’aller vous coucher.
  8. Prenez-vous des médicaments ? Vous devez savoir que les somnifères et les autres médicaments relaxants favorisent le ronflement.
  9. Etes-vous en surpoids ? Les tissus adipeux superflus accentuent l’étroitesse des voies respiratoires. Lisez nos conseils sur le poids idéal.
  10. Souffrez-vous d’une malposition maxillaire ? Une mâchoire inférieure en retrait, une surocclusion ou une malposition dentaire favorisent le ronflement.

Ronflement sans conséquence ou maladif ?

Dans la plupart des cas, il s’agit d’un ronflement ordinaire, également qualifié de ronflement primaire. D’un point de vue médical, cette forme est généralement sans conséquence. Il s’agit néanmoins d’un bruit déplaisant qui peut atteindre 80 décibels, autant qu’un camion sur l’autoroute. Cela perturbe le sommeil, surtout celui du partenaire. Prudence si vous arrête de respirer au cours de la nuit : il pourrait s’agir d’une apnée du sommeil obstructive. Le manque d’oxygène causé par l’arrêt de la respiration accroît le risque de maladies cardiovasculaires, par exemple l’infarctus ou l’attaque cérébrale. Un tel trouble du sommeil doit être traité par des médecins du sommeil. Un conseil est indiqué également pour les personnes sans suspicion d’apnée du sommeil ou d’arrêt respiratoire, si vous souffrez de ce fort ronflement. Parlez-en à votre médecin. Il peut mettre en route les examens nécessaires et transférer au besoin les patients vers la consultation ambulatoire d’un centre de médecine du sommeil ou vers un laboratoire du sommeil.

Empêcher le ronflement : quels sont les outils utiles ?

Vous trouverez sur Internet différents traitements et des moyens anti-ronflement, par exemple des oreillers anti-ronflement, une gouttière anti-ronflement, des sprays nasaux, un pacemaker pour la langue, voire une veste de pyjama en forme de tortue qui a pour but d’empêcher de dormir sur le dos. A elle seule, la quantité de ces moyens auxiliaires montre qu’il n’y a pas de solution universelle rapide pour mettre fin au ronflement. Ce n’est qu’après un diagnostic précis qu’un traitement s’avère efficace, qu’il s’agisse d’une thérapie anti-ronflement ou d’une intervention chirurgicale dans le nez ou le palais. Les appareils dentaires et les gouttières doivent également être confiés à des professionnels. A défaut, nous dépensons inutilement de l’argent pour des moyens auxiliaires qui ne font pas effet. Vous trouverez des conseils pour un sommeil reposant dans notre rubrique Sommeil.

Les femmes ronflent plus rarement

Le ronflement est très répandu : un homme sur cinq ronfle. Les femmes sont moins touchées, sauf pendant la grossesse. Le problème augmente avec l’âge : dès 60 ans, 60 % des hommes sont concernés, contre 40 % des femmes.

Test réalisé sur des trackers de sommeil

Les trackers de sommeil peuvent améliorer la qualité du sommeil et ainsi accroître le bien-être physique. Mais qu’apportent-ils réellement ?

Conseils pour un sommeil de meilleure qualité

S’endormir plus facilement, se réveiller en forme : voici quelques conseils pratiques pour remédier autant que possible aux troubles du sommeil.

Système cardiovasculaire

15 Article