Vue d’ensemble

Qui paye pour les coûts des soins qui augmentent ?

Il y a de plus en plus de personnes âgées en Suisse et les coûts des soins augmentent en conséquence. Comment allons-nous financer ces coûts à l’avenir ?

« Qui paiera pour mes soins lorsque je serai vieux et grabataire ? » Nous sommes de plus en plus nombreux à nous poser cette question. Le rapport d’évaluation du nouveau régime de financement des soins entré en vigueur en 2011 a été publié l’année dernière. Qu’est-ce qui a changé depuis lors ? Dans l’assurance de base, qui cofinance les soins, les résultats sont réjouissants. Les dépenses se sont stabilisées, ce qui a des répercussions positives sur les primes des assurés. Toutefois, la participation financière des cantons et des communes est de plus en plus sollicitée.

La particularité du nouveau régime de financement réside avant tout dans la participation des trois payeurs – à savoir l’assurance-maladie, le financement privé et les pouvoirs publics – aux coûts des prestations de soins à charge de l’assurance de base. Le Parlement a fixé à 21.60 francs par jour la contribution maximale que le patient doit payer de sa poche pour séjourner en EMS.

Des contributions plus ou moins généreuses

Les cantons et les communes doivent donc prendre en charge l’ensemble des coûts des soins qui dépassent la contribution de l’assurance de base et celle du patient de 21.60 francs par jour. Il appartient à chaque canton d’organiser le financement de ces coûts résiduels. Le Conseil fédéral a cependant constaté que certains cantons ne respectaient pas les règles du jeu. En d’autres termes, ils payent trop peu pour les EMS ainsi que pour l’aide et les soins à domicile, lesquels refilent la facture aux patients. Le Conseil fédéral souhaite mettre un terme à cette évolution défavorable.

Perspectives d’avenir

Dans son rapport sur les perspectives des soins de longue durée, la Confédération s’est penchée sur les défis liés à l’organisation et au financement des soins en Suisse. Quel avenir pour les soignants ? Comment valoriser la profession de soignant ? Et comment maîtriser la hausse des coûts ? Pour réduire les coûts, la Confédération mise principalement sur la prévention : par exemple, lorsque des malades chroniques apprennent à surmonter leurs difficultés et à vivre de manière autonome ou lorsque des groupes à risque tels que les diabétiques apprennent à prévenir une maladie, ils contribuent de façon significative à lutter contre l’augmentation des coûts des soins.

Mots-clés

Mythes de l’assurance-maladie

De nombreux mythes circulent à propos de l’assurance-maladie. Voici les cinq mythes les plus courants et notre commentaire.

Des faits passionnants concernant la prime

Lisez ici des faits intéressants issus du rapport Helsana sur les primes, au sujet de la prime des caisses-maladie.

Une assurance optimale

8 Article