Vue d’ensemble

L’anatomie du cœur : une pure merveille

Le cœur est le moteur de notre corps. A quoi ressemble-t-il vu de l’intérieur ? Et comment fonctionne-t-il ? Incursion dans l’anatomie de notre organe le plus précieux.

Serrez le poing : c’est à peu près la taille de votre cœur. Dirigez la main vers votre sternum, légèrement sur la gauche. Le cœur se trouve là, dans votre cage thoracique, logé entre vos deux poumons. La poche de tissu conjonctif qui l’entoure permet de maintenir en place cet organe qui travaille sans relâche.

A quoi ressemble le cœur vu de l’intérieur ?

Examinons-le de plus près. Il s’agit d’un muscle creux. Et avec ses quelque 300 grammes, on peut dire que c’est un poids plume. Les artères coronaires à sa surface le nourrissent et lui fournissent de l’oxygène. Le cœur est constitué de fibres musculaires et d’un squelette cardiaque, lequel est principalement composé de tissu conjonctif.

Logées dans les moitiés droite et gauche du cœur, les deux pompes à l’œuvre sont parfaitement synchronisées. Seule une fine cloison les sépare. Chaque partie du cœur se compose d’une oreillette et d’un ventricule. L’oreillette droite recueille le sang pauvre en oxygène en provenance de la circulation systémique alors que l’oreillette gauche transporte le sang en provenance des poumons. Quatre valves cardiaques font en sorte que le sang coule toujours dans le bon sens.

Un cœur en bonne santé avec Helsana Coach

Un mode de vie sain vous permet de réduire le risque de maladie cardio-vasculaire. Helsana Coach vous aide grâce à des conseils et activités en lien avec la nutrition, l’activité physique et la pleine conscience.

Téléchargez l’app Helsana Coach maintenant et lancez-vous !

Le cœur donne le rythme

Le nœud sinusal dans l’oreillette droite donne le signal électrique pour le battement. Il agit donc comme stimulateur cardiaque naturel. Le nœud sinusal est constitué de cellules qui produisent des impulsions électriques. Les impulsions vont du nœud sinusal et passent par le nœud atrioventriculaire (nœud AV), qui se trouve à la limite du ventricule. De là, le muscle cardiaque est stimulé de manière coordonnée par d’autres fibres chargées en électricité.

Combien de valves contient notre cœur ?

Le cœur humain dispose de quatre valves, qui fonctionnent comme des soupapes. Les deux valves atrioventriculaires (mitrale et tricuspide) sont situées entre les oreillettes et les ventricules. Les deux autres valves, appelées valves sigmoïdes, se trouvent entre les ventricules et le grand ou le petit système circulatoire. Il s’agit de la valve aortique et de la valve pulmonaire. Les valves cardiaques peuvent tomber malades au cours de la vie, ce qui nécessite une opération. Des valves cardiaques mécaniques ou biologiques sont alors utilisées pour les remplacer (prothèses). Après l’intervention, le patient doit également faire de la rééducation et prendre des médicaments qui favorisent la guérison, comme après toutes les opérations cardiaques.

Fonctionnement du système cardio-vasculaire

Avec les vaisseaux sanguins, le cœur constitue le système cardio-vasculaire. En réalité, il existe deux circuits différents : le circuit pulmonaire (petit circuit) et le circuit corporel (grand circuit).

Lorsque le muscle cardiaque se détend, le sang riche en oxygène passe de l’oreillette gauche dans le ventricule gauche. Simultanément, le sang pauvre en oxygène quitte l’oreillette droite pour entrer dans le ventricule droit. Quand le muscle se contracte à nouveau, le ventricule gauche pompe le sang dans l’aorte et le ventricule droit, dans l’artère pulmonaire. De l’aorte, le sang coule vers les cellules via les artères, les artérioles et les capillaires. Il y fournit de l’oxygène et des nutriments aux tissus et se charge des « déchets », soit le dioxyde de carbone et les scories. Puis le sang, pauvre en oxygène, atteint l’oreillette droite après son passage dans la veine cave. De là, il rejoint le ventricule droit.

7 faits étonnants au sujet du cœur

  • Ausgelöst wird der Herzschlag durch das Herz selber. Es gibt sich ca. 70-mal pro Minute einen Impuls. 
  • In 24 Stunden pumpt der menschliche Motor ca. 10‘000 Liter durch den Körper. 
  • Im Schnitt schlägt das Organ alle 0,8 Sekunden.
  • Pro Minute pumpt es rund fünf Liter Blut durch den Körper. 
  • Im ganzen Leben schlägt es 2 bis 3 Milliarden Mal.
  • Wenn ein Baby schreit, schlägt sein Herz 200 Mal pro Minute.
  • Das Blut fliesst mit einer Geschwindigkeit von ca. 1 Meter pro Sekunde.

C’est le sang non oxygéné qui coule dans les veines

Alors que le sang oxygéné irrigue le corps par le biais des artères, le sang non oxygéné dit « veineux » coule en effet dans les veines. Font toutefois figure d’exception l’artère et la veine pulmonaires. La première transporte le sang veineux vers les poumons, la seconde transporte le sang oxygéné des poumons vers le cœur.

Depuis le ventricule droit, le sang rejoint les poumons via l’artère pulmonaire. Cette artère se ramifie en un réseau de plus petites artères et artérioles, jusqu’aux capillaires pulmonaires. Le sang se débarrasse de son dioxyde de carbone dans les poumons et s’y charge d’oxygène. Il revient alors dans l’oreillette gauche par la veine pulmonaire.

Systole et diastole

La phase du processus de pompage du cœur durant laquelle les deux ventricules augmentent de volume s’appelle « diastole » ou phase de détente. La phase durant laquelle le cœur se contracte pour le pompage est qualifiée de « systole » ou phase de contraction.

D’où vient la tension artérielle ?

La tension artérielle est la pression du sang dans un vaisseau sanguin. Elle mesure la force exercée par le sang sur les parois des artères, des capillaires et des veines. La tension artérielle est importante pour la circulation sanguine. Une tension artérielle normale est vitale.

Maladies du système cardio-vasculaire

Il existe plusieurs maladies du système cardio-vasculaire. Les plus connues sont l’insuffisance cardiaque, le rétrécissement des vaisseaux coronaires, l’arythmie et l’hypertension. Ils peuvent provoquer des infarctus du myocarde ou des AVC. Avec un mode de vie approprié (activité physique, saine alimentation et gestion du stress), ces risques peuvent être atténués.

Auteure : Daniela Diener
Date de publication : 6.09.2019

Dr Robert C. Keller, directeur de la Fondation Suisse de Cardiologie

Robert Keller Dr Robert C. Keller est le directeur de la Fondation Suisse de Cardiologie, dont le siège se trouve à Berne. Il a de longues années d’expérience dans le domaine des maladies cardio-vasculaires et est responsable des secteurs Recherche et Prévention à la Fondation. Dr Keller a apporté des conseils précieux à la rédaction.

www.swissheart.ch

Mots-clés

Une assurance optimale

8 Article