Maladies

Cancer du poumon

Le troisième cancer le plus fréquent en Suisse est le «cancer du poumon»; chaque année, environ 3500 personnes le développent, et 3000 personnes en meurent. Comme pour d’autres maladies pulmonaires, la fumée et le tabagisme passif sont les causes principales. Le cancer du poumon peut seulement être traité avec succès lorsqu’il est détecté précocement.

  1. Symptômes
  2. Causes
  3. Diagnostic
  4. Pronostic
  5. Prévention
  6. Traitement
  7. Arrêter de fumer

Frau am Fenster Lungenkrebs

Vers le haut

Symptômes

Ce n’est souvent que par hasard, lors d’un examen de routine ou d’un examen pour une autre raison, qu’on découvre des indices de l’existence d’un cancer du poumon à un stade précoce auquel il peut être traité. Les symptômes n’apparaissent que très rarement à un stade précoce. Pour cette raison, il peut être utile de participer à un programme de dépistage si l’on fait partie d’un groupe à risque*. On devrait toujours se faire examiner par un médecin si les symptômes suivants se manifestent:

une toux persistante sans refroidissement et sans fièvre

  • une toux du fumeur qui s’aggrave
  • sang dans les expectorations
  • douleurs persistantes dans la poitrine
  • dyspnée lors d’activités légères ou au repos
  • enrouement persistant
  • pneumonies ou refroidissements fréquents et persistants
  • perte de poids involontaire, perte d’appétit et faiblesse générale
  • fréquentes poussées de fièvre sans raison apparente
  • enflures du visage et de la gorge
  • douleurs osseuses
Vers le haut

Causes

Comme pour d’autres formes de cancers, le cancer du poumon ne peut pas être évité avec certitude. 85% des cas sont provoqués par le tabagisme. Un fumeur a un risque environ 20 fois plus élevé qu’un autre d’être victime du cancer du poumon. Quiconque est exposé pendant des années à la fumée de tabac des autres, ce qu’on appelle le tabagisme passif, a également un risque élevé d’être victime du cancer du poumon.

La seconde cause la plus fréquente est l’inspiration de radon, un gaz radioactif que l’on trouve sous forme naturelle dans le sol et qui peut polluer l’air que l’on respire dans les logements.

Ce cancer peut parfois aussi être déclenché par le contact avec des polluants comme l’amiante, la poussière de quartz ou la pollution de l’air par des poussières fines, des hydrocarbures et des composés chimiques utilisés dans un contexte professionnel.

Vers le haut

Diagnostic

Lorsque l’on soupçonne l’existence d’un cancer du poumon, on recourt souvent à la bronchoscopie (examen endoscopique des poumons) pour prélever des échantillons des tissus des zones suspectes de la muqueuse et les examiner afin de différencier les tumeurs bénignes et malignes.

Un diagnostic précoce augment les chances de succès de la thérapie. La méthode de la tomodensitométrie (CT) à faible dose s’y prête particulièrement pour les personnes faisant partie d’un groupe à risque élevé*.

*Groupe à risque élevé: fumeurs et anciens fumeurs entre 55 et 74 ans qui ont fumé un paquet par jour ou plus pendant plus de 30 ans ou qui continuent à fumer un paquet par jour.

Vers le haut

Pronostic

Si l’on découvre aujourd’hui un cancer du poumon chez un patient en Suisse, le patient a seulement 15% de chances d’être guéri de sa maladie. La raison est que le cancer du poumon est souvent diagnostiqué à un stade avancé – et donc trop tardivement pour des mesures efficaces. La chance de guérir est bien plus grande si le cancer du poumon est découvert à un stade très précoce, donc à un stade où il ne provoque pas encore de troubles perceptibles.

Vers le haut

Prévention

La meilleure prévention consiste à éviter les substances dangereuses qui provoquent le cancer du poumon, la fumée de tabac en première ligne. Un fumeur a intérêt à se libérer de son tabagisme et à se faire examiner s’il fait partie d’un groupe à risque élevé*.

*Groupe à risque élevé: fumeurs et anciens fumeurs entre 55 et 74 ans qui ont fumé un paquet par jour ou plus pendant plus de 30 ans ou qui continuent à fumer un paquet par jour.

Vers le haut

Traitement

Le traitement dépend de l’état de santé général, de l’étendue de la maladie et du type de cancer.

Le pronostic est le meilleur dans les stades précoces de la maladie, lorsque la tumeur peut être retirée entièrement par intervention chirurgicale ou qu’elle peut être détruite et que des métastases ne se sont pas encore formées. Si cela n’est pas possible, on essaie de freiner la croissance de la tumeur et d’atténuer les symptômes.

On utilise généralement une combinaison de chimio- et de radiothérapie pour cela. Pour des sous-types de cancer spéciaux, il existe depuis quelques années des thérapies biologiques ciblées basées sur l’analyse du matériel génétique de la tumeur.

Des traitements palliatifs (qui soulagent les troubles) doivent s’ajouter à cela pour maintenir la qualité de vie des personnes touchées. Les examens de contrôle réguliers, la réadaptation grâce à des exercices adaptés et à l’alimentation ainsi que le soutien psychologique sont aussi extrêmement importants.

Vers le haut

Arrêter de fumer

La mesure préventive la plus efficace est d’arrêter de fumer. Réduisez votre risque de cancer du poumon grâce à un programme pour l’arrêt du tabagisme programme pour l’arrêt du tabagisme. Si vous avez souscrit l’assurance complémentaire SANA ou COMPLETA, bénéficiez en plus d’une participation à hauteur de 75% ou de 90% pour le programme.