Novembre 2015

Pourquoi nos médicaments sont-ils si chers?

En Suisse, les médicaments sont souvent beaucoup plus chers qu’à l’étranger. Si nous pouvions aligner les prix sur ceux pratiqués dans les autres pays européens, nous pourrions économiser des millions de francs. Mais les choses ne sont pas si simples que cela. Nous expliquons pourquoi les médicaments sont si coûteux chez nous et comment les obtenir à meilleur prix.

I Comment est fixé le prix d’un médicament au juste?

C’est l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) qui fixe les prix des médicaments à la charge des caisses-maladie. Ce prix est la somme de plusieurs éléments: le prix départ usine, la marge de distribution et la taxe sur la valeur ajoutée. Le prix départ usine est établi à la lumière d’une comparaison avec le prix à l’étranger (panier de 9 pays) et d’une comparaison avec un produit équivalent sur le plan thérapeutique qui est déjà remboursé. Une majoration d’innovation peut également venir s’ajouter.

II En Suisse, nous payons nos médicaments nettement plus cher qu’à l’étranger. Pourquoi?

En 2014, la Suisse a dépensé 5,8 milliards de francs via l’assurance de base pour l’achat de médicaments. Si les prix étaient alignés sur les pays européens, nous pourrions réaliser des millions de francs d’économies. Pour autant, ce ne sont pas les assureurs-maladie qui fixent les prix mais l’État. En Suisse, le marché des médicaments est fortement régulé. Tous les trois ans, l’OFSP contrôle les prix de vente pratiqués en Suisse en se basant sur un panier de pays de référence. En l’occurrence, il compare les prix départ usine dans 9 pays européens. La comparaison devrait néanmoins également tenir compte des rabais légaux, comme en Allemagne, où il existe des rabais sur le prix ordinaire. Chez nous, les rabais ne sont pas intégrés dans le calcul des prix. Il est donc parfaitement possible que, dans l’un de ces pays, un médicament soit beaucoup moins cher qu’en Suisse.

III Pourquoi les prix des médicaments ne baissent-ils pas malgré la faiblesse de l’euro?

Tous les trois ans, l’OFSP vérifie l’économicité de chaque médicament ainsi que la conformité de son prix par rapport à l’étranger. Pour la conversion des prix étrangers, l’OFSP se base sur la moyenne mensuelle des 12 derniers mois de la Banque nationale suisse (BNS); actuellement, cette moyenne s’élève à 1.12 franc par euro mais la plupart des médicaments figurant sur la liste des spécialités sont encore tarifés à un cours supérieur. C’est pour cette raison que l’abandon du cours plancher par la BNS le 15 janvier n’a pas d’effet immédiat sur les prix. On estime qu’à un cours actuel d’environ 1.10 franc par euro, une économie de plusieurs centaines de millions de francs est réalisable. La chose n’est toutefois possible qu’à condition de changer la pratique en cours. Au lieu d’adapter seulement une partie des médicaments au niveau de prix actuel, il faudrait contrôler tous les médicaments chaque année.

IV À combien s’élèvent les coûts de santé et quelle est la part des médicaments?

Les coûts du système de santé suisse se sont élevés à quelque 69 milliards de francs en 2013. Soit environ 11% du produit intérieur brut. La plus grande partie de ce montant – env. 40% – a été prise en charge par l’assurance obligatoire des soins. L’État et les ménages privés ont financé à parts égales une autre tranche de 40%. Enfin, les assurances privées et les autres assurances sociales se sont partagé les 20% restants. La part des médicaments pris en charge par l’assurance obligatoire des soins s’est chiffrée à quelque 5,8 milliards de francs, ce qui correspond à environ 9% des coûts globaux du système de santé suisse.

V Quel impact un système de montant fixe a-t-il sur les prix des médicaments?

L’Allemagne a adopté un système de montant fixe en 1989. Les montants fixes constituent les plafonds jusqu’à hauteur desquels les assureurs-maladie prennent en charge les coûts d’un médicament prescrit. Si un client souhaite un médicament plus cher, il doit prendre lui-même en charge le coût supplémentaire. Sont exclus de cette règle les cas médicalement indiqués où le médecin prescrit explicitement un médicament plus cher. Le système de montant fixe a pour effet que de nombreux fabricants baissent les prix de leurs médicaments jusqu’au prix fixé, de manière à rester compétitifs. Par ailleurs, les patients exigent de plus en plus des médicaments intégralement remboursés par les assureurs-maladie. À l’étranger, le système du montant fixe s’est révélé être un outil efficace de réduction des coûts.

VI Comment obtenir mes médicaments sur ordonnance efficacement et à meilleur prix?

Si vous avez besoin de médicaments prescrits par votre médecin, vous remettez au pharmacien une ordonnance et votre carte d’assuré. Ce faisant, vous n’avez pas un centime à débourser pour vos médicaments. La pharmacie nous facture ensuite les coûts en direct par la voie électronique. À charge pour nous de déduire votre participation aux coûts de ce montant. Cela dit, vous pouvez aussi acheter les médicaments qui vous ont été prescrits en toute discrétion et à meilleur prix auprès d’une pharmacie de vente par correspondance. Helsana collabore avec les quatre pharmacies de vente par correspondance suivantes: MediService, xtrapharm, Zur Rose et Rothaus Direct.

VII Puis-je comparer les prix des médicaments?

Oui, c’est possible. La plate-forme en ligne Mymedi.ch permet de comparer rapidement et aisément les médicaments autorisés et à la charge des caisses-maladie en Suisse. Pour ce faire, il suffit d’entrer le principe actif ou le nom du médicament dans la boîte de dialogue et de confirmer en pressant sur Enter. L’outil affiche alors les prix du médicament original et de son générique. L’économie potentielle est indiquée en regard du prix de vente. Mymedi.ch est une plate-forme indépendante qui tire ses données des publications officielles de Swissmedic et de l’OFSP, ainsi que des informations pour les patients contrôlées et officiellement autorisées.

VIII Pourquoi recourir aux génériques?

Les génériques agissent comme les médicaments originaux. Ils contiennent les mêmes principes actifs mais ils sont moins chers que l’original. En tant qu’assuré, vous ne payez que la franchise habituelle pour les génériques – 10% en l’occurrence – alors que cette franchise peut s’élever à 20% dans le cas des médicaments originaux. Aujourd’hui, un nombre croissant d’entreprises fabriquent directement le générique elles-mêmes. Prenons un exemple: Sortis, un médicament original très couramment utilisé pour faire baisser le taux de cholestérol dans le sang, coûte 150.15 francs. Le générique de la même firme coûte 76.25 francs et le générique le moins cher ne coûte même que 68.80 francs. Pour Sortis, l’assuré paie une quote-part de 20%, soit un montant de 30 francs. Dans le cas du générique le moins cher, l’assuré ne paie en revanche que 6.90 francs, ce qui représente une quote-part de 10%. Les génériques contribuent dans une large mesure à comprimer les coûts des soins de santé et ce, sans nuire à la qualité thérapeutique. L’économie potentielle annuelle est estimée à quelque 400 millions de francs. Les médicaments biotechnologiques ont aussi leurs génériques; ces «biosimilaires» sont également meilleur marché que les originaux.

IX Pour quelles tailles d’emballage dois-je opter?

Le médicament le plus cher est celui que vous n’utilisez pas, que vous gardez à la maison et que vous finissez par jeter une fois qu’il est périmé. Pour cette raison, il est préférable de ne pas constituer un stock de médicaments. Vous pouvez néanmoins opter pour de plus grands emballages si vous devez utiliser des médicaments durant une longue période. En règle générale, ces conditionnements sont plus avantageux que les petits emballages, si l’on considère le prix par comprimé et dose journalière. Si le traitement est de courte durée, mieux vaut acheter de petites boîtes contenant un moins grand nombre de comprimés. Au début d’une thérapie, le médecin prescrit le plus souvent une petite boîte, afin de vérifier si le médicament est efficace chez son patient et de s’assurer que ce dernier le supporte.

Texte: Andrea Hohendahl