Herboristerie

Le sarrasin – effet tonifiant pour les vaisseaux sanguins

Il existe un remède contre l’enflure des pieds et la fatigue veineuse: le sarrasin. D’ailleurs, le rouge de sa tige n’est pas sans rappeler la circulation sanguine. Comme plante médicinale, il protège les vaisseaux sanguins et soulage le cœur.

Buchweizen Si la chaleur en été ou le fait de se tenir debout longtemps fait enfler vos chevilles, que les veines de vos jambes sont saillantes et que vos doigts enflent, c’est signe que votre système circulatoire est surmené et hyperacidifié. C’est ce que les médecins appellent l’«insuffisance veineuse»: les parois des vaisseaux sanguins sont endommagées et les valvules veineuses ne sont plus étanches, de sorte que le sang s’épaissit dans les veines et s’y accumule. Cette surpression veineuse fait que l’eau dans le sang pénètre dans les tissus environnants et les fait gonfler. Or, cette accumulation produit un inconfort et surcharge le cœur.

Toxique à l’état naturel

Le sarrasin constitue un moyen efficace pour lutter contre un dérèglement de la microcirculation sanguine. Déjà au XVIe siècle, l’érudit Paracelse avait établi une relation entre le rouge de la tige de la plante et la circulation sanguine. Et même les herboristes d’autrefois savaient qu’un déséquilibre dans le bilan hydrique du corps ralentissait la circulation. Pour la stimuler, ils administraient des plantes contenant du potassium comme le sarrasin et imposaient des cures hydriques. De nos jours, les naturopathes recommandent le sarrasin pour l’insuffisance veineuse et une mauvaise circulation. Ses ingrédients étanchent les parois endommagées des vaisseaux sanguins et empêchent que l’eau ne suinte hors des vaisseaux et ne s’accumule dans les tissus environnants. Signalons aussi qu’ils améliorent la flexibilité des parois capillaires. Cueillie fraîche, la plante est cependant toxique et ne doit donc être utilisée qu’une fois séchée.

Thé, crêpes et nouilles

Le sarrasin est tout aussi bénéfique comme aliment, car il est riche en vitamine B, en potassium et en phosphate. De plus, il est basique et sans gluten, ce qui est idéal pour les personnes allergiques et intolérantes au gluten. Le sarrasin est ce qu’on appelle une pseudo-céréale: en botanique, il appartient aux renouées et non aux graminées comme le blé. Il se déguste de différentes manières. Comme thé: si vous le combinez à une cure basique (70% d’aliments basiques et 30% d’aliments acides tous les jours) et que vous buvez beaucoup d’eau, votre circulation sanguine s’améliorera après six semaines seulement. Pris comme repas, il désacidifie le corps, ce qui fait diminuer plus rapidement l’inflammation et les douleurs. Dans des crêpes, des nouilles ou du muesli: ses pépins sont faciles à digérer et particulièrement savoureux grâce à leurs notes sucrées. Le sarrasin diminue les symptômes associés aux maladies vasculaires comme l’hypertension ou l’artériosclérose ainsi que les rhumatismes ou les lésions nerveuses liées au diabète.

Une céréale d’antan, nouveaux champs

Le nom du genre du sarrasin (Fagopyrum) dérive du latin fagus «hêtre», par allusion aux grains qui ressemblent aux faînes de cet arbre. Ce furent les peuples nomades de Mongolie qui introduisirent le sarrasin en Europe, il y a environ 600 ans. Au Moyen Âge, il constituait une source de nourriture appréciée, car il était facile à faire pousser. On assiste aujourd’hui à un retour en force du sarrasin. Mentionnons à cet égard qu’il y a deux ans, l’EPFZ a mis sur pied un projet de développement durable avec Coop Fonds pour relancer la culture de cette plante pratiquement disparue de notre pays.

Texte: Christine Funke