Herboristerie

La dent-de-lion – contre les ballonnements

La dent-de-lion, communément appelée pissenlit, fleurit partout. En phytothérapie, elle est connue pour ses vertus détoxifiantes, car elle améliore la digestion et la fonction urinaire.

Löwenzahn gross

Aucune autre plante médicinale n’a sans doute à ce point inspiré l’enfant ou l’artiste qui sommeille en nous, que l’on transforme ses fleurs jaunes en collier ou en miel ou que l’on s’amuse à disperser ses aigrettes au vent. Dans le domaine artistique, la dent-de-lion se retrouve sur le tableau «Tristan et Iseult» de Salvador Dali. Dans «La grande Touffe d’Herbe» d’Albrecht Dürer, elle symbolise la beauté d’une vie simple et pour Goethe, sa tige en spirale était la clé d’une meilleure compréhension des secrets de la nature. Le pissenlit est aussi une source d’inspiration pour le corps, puisqu’il le nettoie de fond en comble, lui conférant une légèreté extrêmement propice à la créativité.

Un détoxifiant vigoureux

La dent-de-lion élimine les dépôts qui se sont formés dans l’organisme suite à des repas difficiles à digérer. La stimulation de la production de bile favorise la digestion des graisses, tout en réduisant le risque de formation de calculs biliaires. Elle renforce par ailleurs le transit stomacal et intestinal, soulageant les crampes, réduisant les lourdeurs d’estomac et éliminant les ballonnements, permettant ainsi une meilleure résorption des nutriments et des selles régulières. La fonction digestive améliorée de la sorte empêche le dépôt de scories dans tout l’organisme, et atténue même les douleurs rhumatismales en cas de prise prolongée. Le pissenlit combat en outre la rétention d’eau dans les tissus qu’il désacidifie, tout en accélérant la diurèse, d’où un effet dépuratif sur l’ensemble de l’organisme.

Une tête parfaitement reconnaissable

Le pissenlit (Taraxacum officinale) pousse pratiquement partout, mais préfère les sols riches en humus et en engrais. On le reconnaît à la forme caractéristique de ses feuilles et à sa fleur d’un jaune lumineux. Pas une seule feuille ne ressemble à une autre, mais les bordures dentelées qualifiées de «serretées» en botanique sont toutefois typiques. Toutes les feuilles forment une grande rosette au sol, de laquelle jaillit une tige creuse dont s’écoule un liquide laiteux amer quand on la brise. La fleur jaune touffue constituée d’une multitude de pétales couronne cette tige dépourvue de feuilles. Quand elle se fane, elle laisse place aux fameuses aigrettes qui s’envolent à tout vents quand on souffle dessus.