Mars 2016

Aide à la vie quotidienne

Gagnez jusqu’à 600 francs. Faites-vous du bénévolat? Montrez-nous au moyen d’une photo et d’une courte description dans quel but caritatif vous souhaiteriez utiliser le prix du concours. Toutes les informations sur www.senso.ch/concours

Susi Limacher, bénévole et présidente de l’Association d’aide de voisinage Hallau

Aide traditionnelle de voisinage à Hallau Frau Portrait limacher

Avec mon idée de créer une association d’aide de voisinage, il y a trois ans, j’ai enfoncé des portes ouvertes dans mon village: des dizaines de personnes m’ont soutenue en y adhérant. Dès le départ, nous avons donc pu nous offrir les services d’une coordonnatrice. Elle a pour mandat d’établir les premiers contacts entre les bénévoles et les bénéficiaires qui, par la suite, s’arrangent entre eux. C’est ainsi qu’environ trente hommes et femmes, dont la doyenne a 97 ans, s’investissent auprès des habitants du village. Ils leur tiennent compagnie, les aident à faire les courses ou à régler des affaires administratives. Gratuitement, bien entendu. Ils n’accomplissent cependant pas de tâches ménagères ni ne s’occupent de l’entretien du jardin: l’idée n’est pas de faire concurrence aux professionnels. Je trouve l’aide de voisinage très enrichissante, puisque je peux y offrir du temps et de l’amour.

Susanna Fassbind, coprésidente Association Kiss Suisse

Frau Portrait Modèle Kiss: aide moderne de voisinage

J’ai notamment lancé l’idée du modèle de prévoyance Kiss – Keep it smart and simple – pour des motifs personnels: comme 38% des retraités, je touche seulement mon AVS. En même temps, beaucoup de personnes âgées trouvent difficile d’entretenir des contacts sociaux; notre environnement social est en régression. Et si j’avais besoin d’aide à la maison? L’Association «Kiss – Zeit bleibt wertvoll» (Kiss – le temps est précieux) vise à offrir un soutien mutuel par l’entremise de l’aide de voisinage au moyen de crédits en temps. Le concept: les bénévoles aident des jeunes et des gens âgés à surmonter les difficultés du quotidien. Ils peuvent par la suite profiter eux-mêmes du temps consacré aux autres. C’est une prévoyance vieillesse gratuite, en quelque sorte. Avec comme avantage que le temps ne perd jamais de sa valeur. Depuis la création de l’association suisse en 2011, trois filiales locales ont vu le jour et cinq autres sont en projet.