Magazine clients

Juin 2014

Senso 2 2014 Cancer: est-il toujours synonyme de condamnation à mort ou y a-t-il de l’espoir?

Le cancer est devenu une maladie endémique. Cependant, les tumeurs ne représentent plus une menace aussi importante qu’auparavant. La recherche a permis de développer des thérapies innovantes. Des experts rendent compte des nouveaux résultats, des patients témoignent.

Consultez senso juin en ligne maintenant

L’essentiel des articles en un coup d’œil

Le cancérologue Thomas Cerny nous informe sur une maladie en pleine mutation

Thomas Cerny Comment peut-on faire diminuer la mortalité associée au cancer? Et quel est le lien entre l’âge et le cancer? Le professeur Thomas Cerny est l’un des cancérologues les plus réputés en Suisse. Il sait que le cancer ne signifie plus un arrêt de mort pour plus de la moitié des patients en souffrant. Il en explique les raisons dans une interview.

Article complet

Lorsque l’attitude face à la mort change

Beitrag 2 Senso 2 Suzanne Balimann-Oertli, Martin Wettstein et Rosmarie Pfau: ces trois personnes ont été diagnostiquées d’un cancer. Pourtant, la grande tragédie n’a pas eu lieu. «Observons et attendons», se sont-elles dit, continuons à manger avec plaisir et cessons de nous énerver pour des pièces mal rangées. Trois témoignages.

Article complet

Comment le cancer se déplace dans notre corps

Krebs Lorsqu’un dysfonctionnement survient dans le patrimoine héréditaire des cellules, un combat s’engage au sein de notre corps: les cellules immunitaires font appel à des cellules tueuses. Celles-ci essayent de détruire les cellules cancéreuses. Mais ces dernières ont également leurs propres ruses. Suivez ce combat dans le poster éducatif et découvrez comment vous pouvez soutenir les bons contre les méchants.

Au poster éducatif

Un second avis de la clinique de Heidelberg

Center À Heidelberg se trouve un centre d’oncologie hautement spécialisé. Ce dernier fournit à nos assurés un second avis en cas de diagnostic d’un cancer. Il s’agit d’une procédure rapide: en seulement deux semaines, un comité de médecins spécialisés se concertent sur le cas et recommandent une thérapie. Tout traitement non nécessaire est ainsi évité.

Article complet